Amélioration continue Magazine #33 Oktober - December 2023

Kwaliteit en Veiligheid: twee doelwoorden voor PAQS

Denis Herbaux
Photo Mat Napo | Unsplash.com

Amélioration continue

Kwaliteit en Veiligheid: twee doelwoorden voor PAQS

Denis Herbaux
Directeur de la PAQS denis.herhaux@paqs.be Tél.: 02 790 62 41
Delen
Connaissez-vous la «Plateforme pour l'Amélioration continue de la Qualité des soins et de la Sécurité des patients», en abrégé PAQS? Son objectif: sensibiliser les acteurs hospitaliers à l'amélioration de la qualité des soins et de la sécurité des patients dans les institutions de soins en Wallonie et à Bruxelles. Depuis sa création, il y a huit ans seulement, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts, mais de nouvelles initiatives sont sur les rails pour renforcer l'objectif principal. Son directeur évoque le passé, le présent et l'avenir.

C’est au cours de l’année 2013 qu’a surgi l’idée, au détour d’une discussion informelle entre différents acteurs du secteur des soins de santé, de mettre sur pied une structure pour soutenir les hôpitaux dans leurs réflexions sur l’accréditation. À cette époque, le deuxième plan pluriannuel du SPF Santé publique (2013-2017) commençait à se dessiner et les grandes thématiques de l’accréditation s’y retrouvaient, cette démarche d’amélioration continue étant déjà largement implémentée en Flandre.

Les origines de la PAQS

Le 11 décembre 2013, plus de 300 personnes se rassemblent à Namur pour le lancement officiel de la Plateforme pour l’Amélioration continue de la Qualité des soins et de la Sécurité des patients (PAQS). Initiative unique en son genre, elle réunit, dès le début, les fédérations d’institutions de soins, les mutualités, les universités et des associations professionnelles et de patients. Les autorités régionales – bruxelloises et wallonnes, quant à elles, ont toujours soutenu ce projet du secteur. Quelques mois plus tard, la structure prend la forme d’une association sans but lucratif, afin de garantir la transparence nécessaire dans la gestion de l’organisation et des activités menées.

Dans les statuts de l’association, il est précisé que «L’association a pour but, à l’exclusion de tout but de lucre, de promouvoir, de soutenir et d’organiser le développement et la mise en œuvre de démarches d’amélioration continue de la qualité et de la sécurité dans les institutions de soins de santé en Wallonie et à Bruxelles. Afin de réaliser son but, l’association

• se positionne comme un centre d ’ expertise et d'innovation reconnu en matière de qualité et de sécurité dans les soins de santé, à travers notamment le développement de connaissances et de compétences générales et spécifiques, et la diffusion de celles-ci le plus largement possible;

• propose une offre de services globale, cohérente et efficiente en accord avec les besoins du terrain. Cette offre de service se ventile en trois axes: l’accompagnement, la formation et les ressources;

• se positionne comme un interlocuteur privilégié des instances privées et des autorités ou organismes publics régionaux, communautaires, fédéraux et internationaux pour toutes les matières concernant le domaine de la qualité et de la sécurité dans les soins de santé;

• développe et entretient un réseau rassemblant les acteurs actifs dans le domaine de la qualité et de la sécurité dans les soins de santé, et promeut l’articulation et la mise en cohérence des initiatives développées par ceux-ci.»

En évolution permanente

Les premières activités sont consacrées, sans surprise, à l’accréditation. Informer, sensibiliser, et former, tels ont été nos premiers axes de travail. Dès 2017, nous avons choisi de développer une expertise pointue dans deux domaines: la sécurité des usagers et l’amélioration continue. Ce choix se place évidemment dans la continuité des trois premières années, l’accréditation étant, avant tout, un outil soutenant une démarche institutionnelle d’amélioration continue pour optimiser la sécurité des patients.

Pour ce faire, l’équipe s’est agrandie, et de nouveaux profils sont venus nous rejoindre, chacun développant des compétences pointues dans certaines thématiques dont l’impact sur la sécurité des patients est indiscutable: le travail en équipe, la co-construction avec les patients et les familles, le leadership ou encore la gestion des événements indésirables. Des outils, tels que la gestion des risques, l’amélioration continue ou encore les mesures et les indicateurs, font également partie de notre expertise. L’investissement dans le développement de connaissances et de compétences en interne a été acté dans une décision du conseil d’administration qui, en 2015, a souhaité privilégier cette option au recours systématique à des expertises externes.

Une autre évolution importante a trait aux secteurs d’activité de la PAQS. Si, initialement, notre public cible se limitait aux seuls hôpitaux (bruxellois et wallons), la décision est prise en 2017 de proposer, progressivement, des activités au secteur des aînés. La présence de MR(S) au sein des fédérations finançant la PAQS n’y est évidemment pas étrangère. Mais d’autres raisons nous ont poussés à prendre cette décision. Et en particulier la tendance générale dans le secteur des soins de santé, et ce dans de nombreux pays, à une transversalité croissante de la prise en charge et à une meilleure intégration des lignes et des institutions de soins. Dans ce contexte, se limiter à la qualité au sein des seuls hôpitaux n’a que peu de sens. C’est d’ailleurs un raisonnement similaire qui nous pousse, quelques années plus tard, à développer des activités avec la première ligne.

Quatre grands axes

Aujourd’hui, les activités de la PAQS sont organisées selon quatre grands axes. Le premier, les Programmes, constitue notre raison d’être historique. Il s’agit d’échanges de pratiques, de projets-pilotes ou encore de collaboratifs autour de certaines thématiques apparaissant comme prioritaires pour le terrain.

Le deuxième, les Ressources, s’est développé à partir de 2017 avec la volonté de faire de la PAQS une véritable plateforme d’information pour le secteur des soins de santé, en matière d’amélioration continue et de sécurité des patients: une boîte à outils (plus de 1.000 répertoriés), une revue de la littérature systématique, le partage d’événements indésirables, de bonnes pratiques ou encore les rapports sur les projets-pilotes sont autant d’éléments qui alimentent cet axe.

Le troisième, les Services d’amélioration, a été lancé début 2020, et a pour objectif de proposer des formations innovantes et ne se retrouvant pas dans l’offre existante, ainsi que de pouvoir répondre aux demandes individuelles des institutions de soins en la matière (cf. encadré: Les formations proposées).

Enfin, la PAQS a mené ou a pris part, au fil des années, à différents travaux destinés à réfléchir sur l’amélioration de la qualité des soins et à proposer des pistes pour le futur. C’est évidemment le cas du Livre Mauve (cf. encadré: Le Livre Mauve) – la Stratégie Régionale pour l’Amélioration de la Sécurité des Patients. L’étude avec l’UCLouvain en 2020 sur l’impact de la crise COVID-19 sur les structures d’hébergement collectif en Wallonie ou encore l’étude réalisée conjointement avec l’UZGent à la demande de la Fondation Roi Baudouin en 2021 et portant sur la conciliation entre des soins sûrs et chaleureux en MR(S) sont deux autres exemples d’activité de notre quatrième axe: la Recherche et le Développement.

Les formations proposées

Cela fait plusieurs années que la PAQS travaille à proposer des formations innovantes au secteur

Avec, en premier lieu, la traduction en français de l'OpenSchool de l'IHI, véritable référence l’e-learning outre-Atlantique (et au-delà), et qui est disponible en français sur l’extranet de la PAQS. Ouverts à tous, ces cours en ligne proposent de développer ses connaissances en matière d’amélioration de la qualité des soins et de la sécurité des patients à travers des outils et des méthodologies.

Autre offre unique de la PAQS: une formation de 3 jours aux fondamentaux de l’amélioration continue. Cette formation, baptisée «Improvement Basics», a été à l’origine développée pour le secteur hospitalier. Néanmoins, elle est aujourd’hui également offerte au secteur des aînés, où la demande en la matière est forte.

Enfin, «Patient Safety Officer», une formation pointue sur l’amélioration de la sécurité, fait l’objet d’une première édition en 2021. Les participants découvriront, en 9 modules de 2 jours, les outils et les méthodes indispensables pour mener une politique ambitieuse de réduction des risques et d’amélioration de la fiabilité de nos institutions de soins

Et loin de se reposer sur ses lauriers, la PAQS travaille sur une nouvelle offre qui proposera aux professionnels de la santé, dès 2022, des parcours d’apprentissage autogérés, et ce autour de grandes thématiques liées à la qualité et à la sécurité.

Collaborer en Belgique et à l’étranger

Dès sa création, la PAQS a établi comme priorité le développement de relations avec d’autres acteurs. Cette décision s’inscrit dans l’ADN de la PAQS, née de la mise en commun de ressources et de compétences issues des différents membres de l’association afin de soutenir plus efficacement les démarches d’amélioration continue. Étendre cette logique à d’autres organisations et associations belges et étrangères, afin d’échanger les expériences et les expertises, avait tout son sens.

Les premières collaborations ont été naturellement développées avec plusieurs organismes d’accréditation: Accréditation Canada, Haute Autorité de Santé (HAS; France) et Joint Commission International (JCI; USA). Raison initiale de la naissance de la PAQS, la sensibilisation des acteurs hospitaliers à cette démarche d’amélioration continue nécessitait un accès direct aux informations pertinentes. Au fil des choix posés par les gestionnaires se lançant dans le processus, les collabora - tions avec Accréditation Canada se sont intensifiées, sans pour autant abandonner les autres opérateurs

Un accord cadre existe aujourd’hui entre la PAQS et Accréditation Canada (et ses filiales Health Standards Organization et Health Assessment Europe). Plusieurs projets communs sont en cours ou sur le point de débuter. L’Institute for Healthcare Improvement (IHI) est notre deuxième partenaire prin - cipal, avec lequel nous disposons également d’un accord cadre. Nos collaborations ont débuté avec la traduction et la mise à disposition de l’Open School en français sur notre extranet. La concrétisation de ce projet représente une étape cruciale dans le déploiement d’ou - tils permettant d’améliorer les connaissances et les compétences des professionnels de santé en Qualité et en Sécurité

De nombreuses autres collabora - tions existent entre la PAQS et diverses organisations. Citons notamment plusieurs Structures Régionales d’Appui (équivalent de la PAQS), l’IQSS (société scien - tifique Qualité et Sécurité) et la FAQSS (association profession - nelle regroupant les ingénieurs/ coordinateurs qualité) en France; la Fédération des hôpitaux vaudois en Suisse; Excellence en santé Canada et LEADS Global au Canada. Par ailleurs, la PAQS est également membre de plusieurs réseaux, tels que la Collaboration Internationale des Praticiens et Intervenants en Qualité dans le domaine de la Santé (CIPIQ-S) ainsi que l’International Society for Quality in Healthcare (ISQua).

Cela fait plusieurs années que la PAQS travaille à proposer des formations innovantes au secteur

Un rôle plus proactif

Depuis plusieurs mois, nous avons souhaité franchir une étape supplé - mentaire en jouant un rôle davan - tage proactif dans le développe - ment et l’animation de certains réseaux. L’objectif rappelé ci-dessus ne change évidemment pas. Mais la proactivité évoquée vise à saisir des opportunités qui nécessitent plus qu’une simple collaboration bilatérale ou une adhésion à un réseau.

C’est notamment le cas du rôle majeur joué par la PAQS dans l’Alliance Européenne pour l’Amélioration de la Santé, lancée par l’IHI et qui rassemble de nombreux leaders européens en Qualité et Sécurité. La visibilité acquise par la PAQS au sein de cette alliance nous permet d’être en contact avec des acteurs de premier plan et de les impliquer dans nos choix stratégiques et dans nos projets. En outre, ce positionnement bénéficie directement aux institutions qui peuvent mettre en avant leurs projets lors d’événement internationaux, accéder à des pratiques étrangères innovantes et rencontrer des acteurs incontournables.

Il en va de même pour la communauté What Matters To You World qui unit les porteurs de cette campagne issus de différents pays et qui vise à la faire évoluer en un véritable outil global au service de l’amélioration des systèmes de santé. Dans le même ordre d’idées, la PAQS agit depuis près d’un an comme coordinateur de la Communauté Francophone de Pratique établie au sein de l’ISQua. Cette communauté vise à faciliter le partage de pratiques au sein de la francophonie, via notamment des webinaires réguliers. Enfin, la PAQS collabore avec HOPE, la fédération européenne des hôpitaux, pour organiser des échanges, là aussi essentiellement virtuels, entre les experts Q&S actifs en Europe.

De nombreuses autres collabora - tions existent entre la PAQS et diverses organisations. Citons notamment plusieurs Structures Régionales d’Appui (équivalent de la PAQS), l’IQSS (société scien - tifique Qualité et Sécurité) et la FAQSS (association profession - nelle regroupant les ingénieurs/ coordinateurs qualité) en France; la Fédération des hôpitaux vaudois en Suisse; Excellence en santé Canada et LEADS Global au Canada. Par ailleurs, la PAQS est également membre de plusieurs réseaux, tels que la Collaboration Internationale des Praticiens et Intervenants en Qualité dans le domaine de la Santé (CIPIQ-S) ainsi que l’International Society for Quality in Healthcare (ISQua).

Raison initiale de la naissance de la PAQS, la sensibilisation des acteurs hospitaliers à la démarche d’amélioration continue nécessitait un accès direct aux informations pertinentes

Ce n’est qu’un début

La PAQS fête en 2021 son huitième anniversaire. De nombreuses activités ont déjà été organisées, et les premiers résultats sont encourageants, même si l’évaluation objective de ceux-ci reste complexe: plus de 1.500 personnes formées à TeamSTEPPS, la création de comités patients pour des programmes d’amélioration, l’implémentation de Patient Reported Expérience Measures ou encore l’amélioration significative et durable d’indicateurs liés à la sécurité des patients grâce à la méthodologie collaborative en sont quelques exemples.

La majorité des hôpitaux wallons et bruxellois participent à nos activités, même si l’implication est variable d’une année à l’autre, et d’une institution à l’autre. Dans le secteur des aînés, la demande est croissante, et nous travaillons avec de plus en plus de structures, tant pour la ormation que pour l’accompagnement.

D’autres éléments peuvent également être cités, comme les missions qui nous ont été confiées, que ce soit au niveau régional ou fédéral, les collaborations et les projets à l’international, les publications de la PAQS dont plusieurs dans des revues internationales à comité de lecture, la présentation du résultat de certains de nos travaux lors de conférences internationales, ou encore des collaborations de plus en plus nombreuses avec des centres universitaires.

Mais surtout, les demandes en constante augmentation de la part du terrain, que ce soit pour des ressources, du soutien ou de la formation, nous indiquent la nécessité d’organiser un soutien efficace aux institutions de soins dans leur démarche, et confirment la volonté du secteur de travailler, ensemble, à l’amélioration de nos soins de santé.

La majorité des hôpitaux wallons et bruxellois participent à nos activités, même si l’implication est variable d’une année à l’autre

Le Livre Mauve

En juin 2017, le conseil d’administration de la PAQS lançait des travaux en vue de développer une stratégie régionale pour l’amélioration de la sécurité des patients. Deux enquêtes menées auprès des associations et des professionnels de santé, plusieurs workshops avec le secteur, et des discussions avec des experts nationaux et internationaux ont permis de donner naissance au Livre Mauve, publié à l’occasion de la Journée mondiale de la sécurité des patients qui s’est tenue le 17 septembre 2020. Celui-ci, repris dans la Déclaration de Politique Régionale wallonne de 2019, propose un ensemble d’actions stratégiques à destination, notamment, des autorités régionales.

En commençant par «Monitorer et piloter la sécurité des patients», à travers la collecte plus précise des événements indésirables, via par exemple la revue de dossiers et les données médico-administratives, et permettant d’identifier les priorités sur lesquelles travailler.

Avec, pour suivre, «Promouvoir la sécurité des patients» qui passera, nécessairement, par le renforcement des formations de base des professionnels de la santé en matière d’amélioration de la qualité et de la sécurité, et par une certaine transparence, via notamment des campagnes d’information, à destination de tous les publics.

«Construire la culture sécurité des patients» vient ensuite. Il est largement démontré que l'existence d'une culture sécurité des patients forte est une condition indispensable pour agir en profondeur sur la fiabilité de notre système de soins. Pour ce faire, le développement et le renforcement des compétences en matière de qualité des soins et de sécurité des professionnels de la santé via la formation continue est un des leviers principaux qui peuvent être activés. Le développement d'une véritable culture «juste» sécurité des patients passe aussi par un soutien à la gestion des événements indésirables, de la déclaration à l'analyse en passant par la mise en œuvre d'actions correctrices.

Les consultations du secteur nous ont amenés à suggérer de réfléchir à «Réglementer la sécurité des patients», notamment en ce qui concerne la déclaration des événements indésirables graves et la pérennisation de normes de sécurité.

Enfin, «Améliorer la sécurité des patients» clôture les actions stratégiques, et préconise de renforcer le soutien aux équipes de terrain pour la mise en œuvre de démarches d’amélioration continue. Dans ce cadre, le développement et la mise en œuvre d'un plan d'action ambitieux et efficace nécessitent des compétences techniques spécifiques dont les institutions de soins devront disposer au travers de professionnels de la sécurité des patients formés à cette fin. C’est pourquoi le Livre Mauve recommande la création d’une telle formation.

Delen

    Door in te schrijven op de nieuwsbrief gaat u akkoord met het ontvangen van informatie van Hospitals.be